L’insegnamento ha bisogno delle nuove tecnologie

L’introduzione delle nuove tecnologie di Internet e della comunicazione nella pedagogia universitaria sembra un «deux ex machina» che…permette di risolvere problemi come i ritardi dovuti agli scioperi, alla comunicazione alunni/insegnanti…ed al sovraffollamento delle aule…………………………………………………….L’uso delle nuove tecnologie di Internet e della comunicazione nel contesto universitario centrafricano sarà efficace se inserito nella prospettiva della riforma…
Presupposti :
-rinforzo delle capacità di utilizzo delle NTIC sia per gli insegnanti che per i discenti
-l’incoraggiamento degli scambi interuniversitari a distanza attraverso i corsi ed i tutorati…
-la creazione di biblioteche numeriche al fine di ridurre il divario qualitativo e quantitativo che c’è tra… l’università Centrafricana e l’immensa banca dati mondiale…
Le azioni più urgenti della riforma universitaria…
-ristrutturazione, ampliamento ed arredo delle aule, la sonorizzazione delle stesse costituisce già una soluzione dei molteplici problemi…
-costruire nuove università nelle città di Bangassou, Berberati, Bambari e Bossangoa permetterebbe di «disingorgare» l’università di Bangui ed allo stesso tempo rendere gli studi più accessibili e democratica
-informatizzare
-aumentare il budget previsto per la ricerca
-inserire la modellizzazione e la modalizzazione delle offerte di formazione, la loro professionalizzazione ed la spendibilità delle lauree per l’impiego.
Nonostante il moltiplicarsi delle pubblicazioni scientifiche sulla crisi dell’insegnamento superiore in Africa Centrale, sulle diverse riforme prospettate nella zona francofona e sulle difficoltà relative all’applicazione del metodo LMD (organizzazione internazionale dei cicli di studio) nella zona CEMAC (comunità economica e monetaria dell’Africa centrale), è importante riesaminare questo problema e proporre piste di soluzione idonee.
………………………………………………………………………………………………….tra le criticità
– debole tasso di accesso all’insegnamento superiore
– pochi insegnanti e poco qualificati
– poca comunicazione tra i diversi attori: politici, senato accademico, insegnanti, studenti e gestori dei servizi…………………………………………………………………………………………

 

En somme, aborder un sujet comme celui de la réforme de l’enseignement supérieur et de l’application du système LMD, qui s’inscrivent dans la logique d’universalisation de l’enseignement supérieur, semble ne présenter d’intérêt notable à première vue. Or, en dehors de certaines préoccupations de façade, une question de fond se pose. Ainsi, il y a une attention toute particulière devait-elle être portée à certains aspects novateurs de l’enseignement supérieur comme : la modélisation et la modalisation des offres de formation ; la professionnalisation de ces offres formation et l’employabilité des diplômés. Il faudrait retenir que malgré le foisonnement des publications scientifiques sur la crise de l’enseignement supérieur en Afrique Centrale , sur les différentes réformes envisagées en Afrique francophone  et sur les difficultés relatives à l’application du système LMD dans les établissements d’enseignement en zone CEMAC, il semble important de réexaminer ces questions, pas pour simplement donner une image des faits, mais surtout proposer des pistes de solutions idoines. L’analyse de la réforme de l’enseignement supérieur en République Centrafricaine et la généralisation du système LMD a offert l’opportunité de faire le point les réformes institutionnelles, académiques et pédagogiques d’une part, et de l’autre d’évaluer le niveau d’application du système LMD, dans ce pays qui a pris des engagements au niveau communautaire allant dans ce sens. Au regard des éléments d’appréciation recueillis et analysés, il s’avère que la réforme, même si elle est déjà amorcée, cache encore de faiblesses qui méritent un prompt réajustement. Ces faiblesses portent essentiellement sur la gouvernance universitaire ; le faible taux d’accès à l’enseignement supérieur ; la sous-qualification et le sous effectif des enseignants ; le faible niveau d’employabilité ; de professionnalisation des offres de formation ; la question de renforcement des capacités des enseignants en pédagogie universitaire, ingénierie pédagogique et techno-pédagogie.
Pour ce qui est de la généralisation du système LMD,  elle présente à ce jour des graves distorsions et cache aussi des faiblesse qui font appel à action de communication fluide en direction des acteurs impliqués ou concernés (décideurs politiques et académiques, enseignants, étudiants et personnel chargé de la gestion des services de scolarité) sur : (i) les préalables ; (ii) les étapes ( modalisation des offres de formation, parcours types, allocation des crédits aux unités d’enseignement, supplément au diplôme) et (iii) les enjeux (visibilité des parcours de formation, mobilité des enseignants et étudiants ; adéquation formation et emploi) de cette nouvelle configuration de l’architecture de formation universitaire.

NTIC = Nouvelle Technologies de l’Internet et de la Communications.