L’aumento dei prezzi della manioca in RCA

La manioca, base alimentare degli abitanti della RCA è diventat sempre più cara nei mercati del paese….
Nella capitale un catino di manioca che costava 2500 franchi CFA (3,84 euro) adesso costa 5000 FCFA…è un dato preoccupante. In tutto il territorio si nota lo stesso andamento…..
a Paouà, nel nord ovest si è passati da 1250 FCFA a 3000 FCFA il catino….gli agricoltori motivano questa situazione con l’insicurezza politica (scorribande di guerriglieri armati) che impedisce di coltivare….. La coltivazione con i buoi che che permetteva di coltivare vaste aree ora non è più possibile perchè il bestiame è stato portato via durante la guerra…..
Al sud, nella zona della Lobaye si è passati da 1500 FCFA a 2000 FCFA…ed è difficile trovare manioca matura sempre a causa della presenza di uomini armati…
Nella regione di Kaga Bandoro i pastori Pheuls o Mbororo lasciano andare i buoi nei campi coltivati devastando la produzione…
……………………………………………………………………………………………………………………………………………
Questo aumento pesa duramente sul paniere alimentare….gli occhi di tutti sono rivolti al governo per vedere una situazione migliore per tutti.


Le manioc, aliment de base des Centrafricains, devient de plus en plus rare sur les marchés du pays. Les prix ne cessent de galoper depuis le début de ce mois de mai. A Bangui, une cuvette qui coutait 2.500 se vend aujourd’hui à 5.000 FCFA. C’est un coup dur pour les consommateurs de manioc. La cherté de cet aliment devenu rare sur les marchés du pays est inquiétante. Sur tout le territoire national, le constat reste le même. Dan snombreuses villes du pays, le prix d’une cuvette de manioc a doublé voir e triplé. C’est le cas de la ville de Paoua au nord où le prix de la cuvette est passé de 1250 à 3500 FCFA. Les observateurs et cultivateurs justifient cette situation par l’insécurité dans la région les empêchant de cultiver. «Maintenant, une cuvette de manioc se vend à 3500 FCFA. La culture attelée qui aidait à cultiver en grande superficie n’existe pas aujourd’hui car les boeufs sont emportés durant les évènements. Les cultivateurs n’ont pas travaillé depuis un an, ce qui fait que le prix du manioc a augmenté. C’est une situation presque identique dans la Lobaye au sud du pays. Une cuvette qui se vendait à 1.500 coute aujourd’hui 2.500 Fcfa. Une cuvette de manioc coûte aujourd’hui 2.500 FCFA. Quand tu demandes pourquo i, on te dit, cultiver maintenant c’est difficile, et c’est même difficile de trouver de manioc bien mûr. Plusieurs raisons justifient la rareté et la hausse du prix de cette denrée alimentaire en Centrafrique. Cette pénurie s’explique par la présence des hommes armés dans les régions du pays. A Kaga-Bandoro par exemple, les éleveurs peuls communément appelés Mbororo conduisent leurs boeufs dans les champs et qui dévastent tous les produits champêtres. Au paravent, on payait le gros sac L8 à 20.000 FCFA mais maintenant, on paie à 32.000 FCFA” Cette hausse du prix de manioc affecte sensiblement le panier de la ménagère. Enattendant l’amélioration de la situation, les yeux sont tournés vers le gouvernement pour des mesures appropriées.